Réparer les vivants

D’après le roman de Maylis de Kerangal / Molière 2017 du seul en scène

Théâtre

jeudi
21 Mar 20h30

Palais des Congrès à Saint-Raphaël

Durée : 1h30

Cette adaptation du roman aux dix prix littéraires de Maylis de Kerangal est d’une force inouïe. Unanimement saluée, elle a été récompensée en 2017 du Molière du seul en scène.

TARIF B : de 13 à 26 €

Simon sort de l’enfance pour se jeter dans les vagues. Il surfe, il fend la flotte de toute la puissance de sa jeunesse avec un cœur exalté. Avec les copains, retour à l’aube en camionnette. La sortie de route sera fatale. Alors qu’à l’hôpital, on diagnostique la mort cérébrale, la question du don d’organe se pose. Les parents traversent des sommets de doute et de douleur.

Dans Platonov de Tchekhov, il est dit qu’il faut « enterrer les morts, réparer les vivants »...

Cette pièce raconte les vingt-quatre heures de la vie d’un cœur de dix-neuf ans ; récit d’aventures folles d’un organe qui passe du torse d’un ado à celui de Claire, cinquante ans, que Simon va sauver...

D’après le roman de Maylis de Kerangal / Molière 2017 du seul en scène

adaptation, et mise en scène Emmanuel Noblet
avec la collaboration de Benjamin Guillard
comédiens en alternance Emmanuel Noblet et Thomas Germaine

Le Monde
« Grand succès du « off » d’Avignon en 2015, le seul-en-scène « Réparer les vivants » est donné au Théâtre du Rond-Point » Entretien avec Emmanuel Noblet.
Fabienne Darge

Théâtral magazine
« Parler du don d’organe, c’est soulever en chacun un sentiment d’inquiétude un peu légitime, tout en soufflant une idée de générosité Un spectacle d’excellence. »
François Varlin

Paris Match
« Emmanuel Noblet a eu l’intelligence de se faire violence, de fendre l’armure du beau gosse, de se mettre en danger pour réparer les vivants.«
Benjamin Locoge

Sortir Lille
« Respectant le rythme haletant et l’écriture sensible du roman, l’artiste nous fait vivre un moment de profonde émotion. »
Jean-Pierre Vincent

entreleslignes-larevue.fr
« Un jour, je lis le Monde et j’apprends la sortie du livre de Maylis de Kerangal. Je l’achète. A chaque page que je tourne, je me dis qu’il faut amener ça sur scène. En trois mois, j’avais écrit l’adaptation. »
« Emmanuel Noblet change de cap : il répare les vivants » Portrait par Joëlle Gayot

Télérama
« Parents, infirmières, chirurgiens… le comédien joue tous les rôles, sur un tempo d’enfer. »
Fabienne Pascaud

Le Figaro
« Une heure magistrale qui met en lumière ce comédien que l’on apprécie depuis longtemps et qui est enfin dans la lumière de son talent profond, seul en scène, et seul responsable de ce moment magistral et bouleversant, tendu, tenu, pudique et en tous points remarquable. »
Armelle Héliot

Culturebox
« Murs en brique. Décor minimaliste (deux chaises). La lumière s’éteint et c’est la première scène du livre de Maylis de Kerangal que le comédien vient jeter à la figure du spectateur. »
Laurence Houot

Réparer les vivants

Voir la bande annonce